Palestine, préparez-vous à la guerre, elle est inévitable !

Il est désormais certain que l’impasse voulue par l’administration américaine concernant le statut d’Al Quds/Jérusalem est une fin de non recevoir politique sur la Palestine comme l’ont reconnu la totalité des forces politiques palestiniennes et, au-delà, les forces vives du Monde arabe et du Monde musulman. Entériner une occupation signifie la mise à mort de tout compromis et la fin de toute négociation. Et lorsque la parole est absente, ce sont les armes qui parlent. C’est une règle absolue !

Par M.C.BELAMINE

Quelques semaines? Quelques mois? Plus d’un an? Personne ne peut savoir le déclenchement de la conflagration, mais la montée en puissance de la contestation en Palestine, dans le Monde Arabe et ailleurs, crée des crispations. Et c’est toute la planète qui est en ébullition. Le nombre de morts, de blessés et les arrestations en masse des citoyens palestiniens ne peuvent pas calmer, ce qu’on appelle communément, la « rue » mais créent une pression de plus en plus grande sur tous les gouvernements du Monde. Or, la pression ne risque pas de se calmer. Elle prendra une tournure qui mettra en danger la sécurité intérieure de beaucoup de pays.

Les palestiniens ont juré, tous en chœur, de ne plus abandonner un pouce de terre ou de liberté. Leur vie, qu’ils disent rendue misérable par la colonisation, ne leur laisse plus de choix. Ils préfèrent mourir dignes que se sentir pire que des « chiens ». Quel impact cela aura-t-il lorsque leur nombre de morts deviendra insupportable. Lorsque des images d’enfants déchiquetés deviendront insoutenables, même pour ceux qui ne se sentent pas concernés. Qu’en sera-t-il lorsque la Palestine occupée en 1948 basculera? Que les villes de Haïfa, Jaffa, Nazareth, Akka, Lod ou Ramla enregistrent leurs premiers morts et deviennent invivables? Comment pourra-t-on éteindre l’incendie qui prendra sur la totalité du territoire palestinien?

Que doit-on craindre lorsque le ras-le-bol du régime criminel dans la colonie sioniste libèrera la parole et provoquera des débordements dans des capitales importantes ? Comment la Jordanie pourra-t-elle surmonter cette crise alors que sa fonction première est d’être la première barrière de protection de la colonie sioniste et la patrie de rechange des palestiniens ? Et l’Égypte, combien de temps tiendra-t-elle face à une pression qui ne cessera d’augmenter sur les doubles plans politiques et sécuritaires ? Et le reste des pays arabes et musulmans face à l’inertie de leurs gouvernements qui cachent leur impotence par un verbe haut jamais traduit dans les faits ? Et comment réagiront les gouvernements occidentaux lorsque leurs intérêts économiques, politiques et stratégiques seront réellement menacés et mis en danger comme jamais ?

Selon les stratèges, toute guerre n’est qu’un moyen différent de négocier la politique. Elle devient inévitable lorsque toute option politique est dans l’impasse, que les adversaires veulent et peuvent en découdre militairement et que les deux parties en opposition pensent s’imposer. Ce sont les trois conditions essentielles pour déclencher un conflit. En est-on à ce stade ? Pas tout à fait car la partie américaine pense encore pouvoir modifier les rapports de force totalement en sa défaveur depuis tous les échecs de sa stratégie globale que ce soit en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Yémen, au Liban et au Bahreïn. Sa dernière carte en Palestine réduit totalement la marge des possibilités.

Trump jerusalem embassy moveCependant, une décision pareille est clairement une mise à mort du processus politique. Les stratèges américains ne le savaient-ils pas ? Qui peut croire un seul instant que des « superstructures » dotées d’une base de données inimaginable, de la plus anodine des informations à la plus sensible, chargées d’étudier la moindre des possibilités aient omis de penser à la catastrophe qui s’annonce quand tout l’indiquait ? Qui peut imaginer un seul instant qu’une décision de cette importance ne pouvait avoir qu’un effet mineur gérable ou qu’elle passerait sans la moindre répercussion à tous les plans, qu’ils soient géopolitiques, stratégiques, sécuritaires, sociologiques, culturels, religieux… ? Qui peut penser qu’il n’y avait aucun risque qu’une lame de fond n’emporterait pas tout ? C’est tout simplement inconcevable car alors cela ressemblerait à l’attitude du parieur inconscient misant sur le hasard ou les astres par superstition !

Hassan Nasrallah lors de son discoursEt, dans cette guerre qui n’en est pour l’instant qu’à ses tout débuts, c’est la « rue » qui « l’anime » tandis que les coulisses préparent leurs plans de combats. C’est la guerre des volontés qui va s’installer dans un premier temps. La stratégie américaine est de marquer des points face à un axe dont l’agenda est clairement la Palestine, tel qu’exprimé par Sayyed Hassan Nasrallah, le charismatique leader du Hezbollah libanais, au nom de l’ensemble de ses alliés dans l’axe de la résistance. Il a mis la barre très haut en reprenant la formule de combat de feu Yasser Arafat, « À Al Quds nous irons, par millions en martyrs » reprise en chœur par des milliers de voix au Liban et ailleurs. Une formule qui risque de devenir l’hymne prochain de la bataille de vie ou de mort de la cause palestinienne avec pour toile de fond la très symbolique Al Quds.

Pour les États Unis, il est urgent d’éteindre l’incendie déclenché en contre attaquant sur le dossier iranien dont chaque partie associée a un rôle précis pour détourner l’attention du dossier brûlant et diviser le camp adverse et ses sympathisants de plus en plus nombreux. L’Arabie saoudite tentera de rejouer sur la fibre communautaire, imposant un discours de normalisation avec la colonie sioniste se voulant pacifique tout en insistant sur l’arabité du dossier palestinien pour éjecter le leadership iranien sur la cause palestinienne. L’Égypte aura pour rôle d’agir discrètement sur le plan politique sans trop se « mouiller » par crainte de la réaction de sa population opposée à toute normalisation. La situation économique et sociale de l’Égypte fait craindre une implosion du pays et c’est la carte que jouent les « alliés » des américains en mettant une terrible pression sur sa direction politique.

Quant aux régimes arabes pro américains, ils ont pour mission de faire profil bas en fermant les yeux sur des « initiatives individuelles », en apparence non étatique, chargées d’allumer le feu de la discorde sur le plan confessionnel. La mission des intellectuels, écrivains, penseurs et éditorialistes est d’aborder la question de la Palestine et la symbolique d’Al Quds pour les étouffer dans un carcan arabe mortel. Un front politique et médiatique se dessinera parallèlement à un front religieux, il aura pour mission d’alerter sur le danger des divisions dans le Monde « arabo-musulman », en tentant de faire éclater le front anti-américain et anti-sioniste, provoqué par l’implication de l’Iran qui serait à l’origine de toute la confusion.

En résumé, les jours, les semaines, peut-être même les mois à venir, s’installera un front de guerre soft, dans un premier temps, qui durcira de plus en plus. Les événements futurs seront déterminés par la résistance des palestiniens. Plus forte sera leur opposition et plus rudes seront les moyens de la colonie sioniste pour leur faire lâcher prise. Quelle sera la ligne rouge à ne pas franchir qu’ont décidé les mouvements de résistance armée qui observent pour l’instant une patience stratégique mais réagissent de temps en temps pour faire passer des messages ? C’est de la gestion du conflit, partiellement civil, par les parties armées que dépendra le sort de la région.

guerre-palestine-gazaOr, à la moindre erreur de jugement, l’étincelle de la discorde peut enflammer toute la région et même le monde. Si les États Unis ne reviennent pas à la raison, ce qui semble plus qu’improbable, à moins d’intervenir le moment d’avant parce que conscients d’une nouvelle défaite désastreuse, c’est une guerre ouverte, terrible, dévastatrice qui sera déclenchée sur la région. Dans les premières quarante huit heures, ce seront des milliers de missiles qui s’abattront. Tout ce qui fait la vie du quotidien pourrait disparaître. Des SYRIA-CONFLICTvilles entières subiront le feu venu du ciel. Les cartes de la région seront redessinées. Nous sommes aujourd’hui sur le fil du rasoir. Mais, demain n’est plus si loin…

M.C.Belamine