L'Algérie perd-elle "la boussole" en pliant devant l'Arabie Saoudite ?

Le Yémen martyre ne semble pas être le premier souci des autorités algériennes. Des tonnes de bombes pleuvent sur ce pays, l’un des plus pauvres au monde mais les pouvoirs publics algériens n’en ont cure. Ils ne voient pas l’embargo meurtrier qui affame le peuple yéménite, ni la destruction d’écoles, d’hôpitaux, d’usines, de ports ou d’aéroports, ni les massacres sur les marchés, ni les bombes qui tombent sur les gens lors des fêtes ou des enterrements. De tout cela, il n’est question d’aucune condamnation, pas même d’une protestation, ni même d’un murmure contre celui qui est à l’origine du malheur des yéménites. La machine du crime Sana Ambassade d'Algériesaoudien peut tout se permettre même d’utiliser des armes interdites explosant tout près de l’Ambassade d’Algérie à Sanaa.

Mais il a suffi d’un missile yéménite, après mille jours d’enfer vécu par le peuple du Yémen, qui cible le cœur du pouvoir des criminels saoudiens au Palais d’Al Yamamah pour que les officiels algériens se réveillent et condamnent avec la plus grande fermeté. Le monde entier voit et observe la machine de guerre qui détruit toute vie au Yémen. Les plus proches alliés de ce régime assassin commence à s’indigner et à trouver qu’il a franchi toutes les limites mais les autorités algériennes ont décidé honteusement de rester aveugle face à cette ignominie. Voilà qu’elles condamnent un missile balistique, signifiant par là que le peuple yéménite n’a aucun droit de se défendre!

Enfant yéménite
Conséquences de l’agression saoudienne du Yémen!

Pour un pays qui s’enorgueillit de sa lutte de libération et dont le crédo est la résistance à toute oppression et à toute agression étrangères, le « malheureux » texte commis par le Ministère des affaires étrangères algérien est une honte innommable et une tâche indélébile sur tout ce que représente ce pays et son histoire. Et c’est le même  Ministère qui oubliait toute « fermeté » pour défendre Al Quds…

L’Algérie condamne « avec la plus grande fermeté » l’attaque au missile contre l’Arabie Saoudite

Missile yéméniL’Algérie a condamné mercredi « avec la plus grande fermeté » l’attaque au missile balistique à partir du territoire yéménite ayant ciblé les régions peuplées de la ville de Ryadh en Arabie saoudite, soulignant son « entière solidarité » avec le gouvernement et le peuple du Royaume d’Arabie Saoudite, a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif.

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’attaque à partir des territoires yéménites au missile balistique ayant ciblé la ville de Ryadh et ses régions peuplées » a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, dans une déclaration à l’APS.

« Nous condamnons une fois de plus tout acte de nature à constituer une menace à la sécurité du Royaume d’Arabie Saoudite et de son peuple et à alimenter la tension dans la région, et notons avec satisfaction qu’aucune perte humaine ou matérielle n’est à déplorer suite à cette attaque« , a ajouté M. Benali Chérif.

Cholera-au-Yemen-pres-de-23-500-cas-242-morts-en-3-semaines
Pas de solidarité avec le peuple du Yémen?

Il a exprimé à ce propos « la totale solidarité » de l’Algérie avec « le gouvernement et le peuple du Royaume d’Arabie saoudite frère ». « Nous réitérons notre appel à toutes les parties à éviter l’escalade et à opter pour le dialogue et la réconciliation« , a conclu le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Source : L’Algérie condamne « avec la plus grande fermeté » l’attaque au missile contre l’Arabie Saoudite

La déclaration du Ministère algérien condamne donc ce qui peut menacer l’Arabie Saoudite, heureuse dit-elle « qu’aucune perte humaine ou matérielle n’est à déplorer suite à cette attaque« . Traduite, cette déclaration donne carte blanche aux saoudiens de raser de la carte le Yémen sans état d’âme puisque cette « partie » n’a le droit que de « dialoguer », autrement dit de se soumettre sans se défendre. Conception fabuleuse d’une diplomatie qui se mord la queue!

قصر اليمامةBizarrement, le porte parole du Ministère algérien se souvient qu’il existe « plusieurs » parties qui sont en guerre. Il affirme donc indirectement que l’Algérie est avec l’agresseur puisqu’il nie à l’agressé la possibilité de se défendre, lui offrant « généreusement » uniquement de dialoguer et de se réconcilier avec l’agresseur, c’est à dire de se soumettre « sans autre forme de procès » en « donnant » du frère au peuple du royaume. Est-ce à dire que le peuple yéménite n’est plus un frère pour ce fonctionnaire algérien ?

Et comme le ridicule ne tue pas, la délégation saoudienne en visite en Algérie pour se plaindre d’une banderole démocratiquement « hallal » et taquine aurait vu sa requête Ouyahia-Arabiesatisfaite au delà de l’imaginable, même s’il n’existe aucune déclaration officielle du Premier Ministère algérien qui aille dans ce sens.

Et, comme si cela ne suffisait pas, l’agence de presse algérienne APS annonce l’ouverture d’une enquête de justice. Ainsi, les citoyens algériens n’auraient plus le droit d’exprimer un point de vue en prétendant que le souverain saoudien est sur la même longueur d’onde que le président américain concernant Al Quds. La justice algérienne inviterait-elle le citoyen algérien à se conformer au droit et à la « démocratie » saoudiens ? Des références « célébrées mondialement » si l’on devait aller jusqu’au bout de l’idée !

Il serait donc quasiment « criminel » pour le droit algérien d’exhiber une banderole humoristique qui décrit les propos d’une voix saoudienne officielle, le responsable des lieux saints de La Mecque et de Médine, Abderrahmane Soudaïs, sur l’identité de vue des deux dirigeants sur les questions politiques majeures puisque, selon lui, « ils mèneraient de concert le monde vers la paix« .

Général Anwar Eshki, cheville ouvrière de la normalisation avec la colonie sioniste
Le général saoudien Anwar Eshki à Tel Aviv, Monsieur normalisation « officieuse » mais réelle

D’autres voix saoudiennes officieuses disent très exactement la position saoudienne réelle, notamment sur Al Quds. Serait-on tombé sur la tête en Algérie au point d’y perdre son âme par peur des représailles saoudiennes parce que dire la position saoudienne réelle serait un crime de lèse-majesté ? Les relations tendues entre les deux pays ne justifient pas tout. Faire preuve de diplomatie ne signifie pas oublier de s’intéresser aux multiples atteintes portées à l’Algérie et à son peuple ?

Il reste à espérer que la colère du peuple algérien devant le comportement de ses représentants officiels, qui donnent le sentiment désagréable de plier devant la volonté saoudienne, ne se transforme pas en plus de provocation dans les stades et ailleurs. Que devraient alors faire les pouvoirs publics algériens ? « Ramper » devant les saoudiens pour les satisfaire ? Punir un peuple fier qui refusera éternellement la soumission ? L’état algérien risque-t-il de se retrouver dans une impasse ? Aura-t-il à brader la fierté de son peuple au risque de se tirer une balle dans le pied ou devra-t-il une fois pour toute crever l’abcès des désaccords profonds qui opposent les deux pays…?

Ouverture d’une enquête sur l’incident de la banderole du stade d’Ain M’lila portant atteinte au souverain saoudien

Tayeb Louh, Ministre de la justice algérienLe ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh a annoncé, mardi à Alger, qu’une enquête ouverte sur l’incident de la banderole portant atteinte au souverain saoudien, déployée au stade d’Ain M’lila (Oum El Bouaghi), a fait ressortir, selon les résultats préliminaires, qu’il s’agit « d’un acte individuel et isolé« .

« Le procureur de la République, territorialement compétent a ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’incident de la banderole portant atteinte au souverain saoudien, déployée au stade de Ain M’lila (Oum El Bouaghi) » a indiqué M. Louh à l’APS, relevant que les résultats préliminaires ont fait ressortir qu’il s’agit d’un « acte individuel et isolé ».

Le ministre a rappelé que l’Algérie et l’Arabie Saoudite étaient « deux pays frères unis par des relations historiques, qui se sont raffermis au fil des années, en plus des liens de fraternité, de coopération et de solidarité ».

Le peuple algérien « attaché aux valeurs de fidélité et de loyauté est hostile à l’atteinte à ses frères, particulièrement ceux qui l’ont soutenu durant sa guerre de libération pour le recouvrement de sa souveraineté nationale« , a soutenu le Garde des sceaux, rappelant, dans ce sens, que le Serviteur des deux Lieux Saints de l’Islam, souverain du Royaume d’Arabie Saoudite, le Roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, en 1956 prince de la région de Ryadh, a été à la tête du Fonds de solidarité mis en place par le Roi Saoud pour le soutien du peuple algérien dans sa guerre de libération.

Il a ajouté que le prince Faycal  Ben Abdelaziz fut le premier à soutenir le peuple algérien lors du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954 et appelé à l’inscription de la cause algérienne au Conseil de sécurité de l’ONU.

Source : Ouverture d’une enquête sur l’incident de la banderole du stade d’Ain M’lila