La terrible incertitude de la vaccination !

La vaccination n’est pas un acte médical anodin, elle implique ce que chacun a de plus cher, Sa Santé ! Quoi de plus naturel que de vouloir s’informer lorsque les scandales sanitaires se multiplient donnant la terrible impression que les pouvoirs publics cèdent aux très fortes pressions émanant des lobbies pharmaceutiques.

Ce qui suit sont des extraits de travaux ou de publications qui résument ce pourquoi la contestation n’a jamais cessé depuis les débuts de l’introduction de la vaccination et de son imposition, notamment en Europe. Un acte de santé publique « moderne, nécessaire et essentiel » pour ses partisans ; un acte « contre nature, dangereux ou nocif » pour ses détracteurs.

Le débat n’a jamais cessé même après avoir imposé la vaccination en la légalisant. Cependant, les excès des lobbies pharmaceutiques et les choix souvent controversés des pouvoirs publics ont, plus que jamais, relancé le débat sur la nocivité et la dangerosité de la vaccination…


Les débuts, l’Histoire

La diffusion de la vaccination en France au XIXe siècle de Jean-Noël Biraben

Le premier apôtre de la vaccination en France apparaît en province, c’est le docteur Bobe-Moreau, professeur de botanique à Rochefort, traducteur de l’anglais Stoll, qui reçoit les publications anglaises et dès le mois de janvier 1800 (nivôse an VIII), commence à faire de la publicité. Il écrit au docteur Pictet à Genève, qui lui envoie un fil imprégné du vaccin de la 11e génération venu de Londres. Bobe-Moreau le reçoit le 7 germinal an VIII (28 mars 1800), il commence tout de suite à vacciner et le plein succès qu’il obtient lui permet de passer quelques semaines après à la vaccination publique. Pour en assurer une diffusion plus grande, il publie, un peu plus tard en 1801, un petit mémoire de 33 pages sur la vaccine, que le préfet de Saintes approuve et fait distribuer à toutes les mairies de la Charente-Inférieure. (Bull, des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis — 1er janvier 1888 — article de A. Duplaix-Destouches.)

A la même époque, le 29 nivôse, an VIII (dimanche 19 janvier 1800), l’École de Médecine de Paris, à laquelle « rien de ce qui intéresse la science médicale ne peut être étranger » et l’Institut National (Académie des Sciences) s’intéressent à la question et nomment chacune une commission. Les deux commissions se concertent pour faire des expériences puis profitent du voyage à Londres d’un genevois, le médecin Colladon, pour se procurer « le fluide vaccin ». Au mois de pluviôse (février 1800) un jeune médecin, Aubert, porteur d’un questionnaire rédigé par les deux commissions, va en Angleterre, s’initier aux méthodes anglaises. Dès le retour du docteur Colladon, les premiers essais sont tentés à la Salpêtrière par le professeur Pinel, le 24 germinal, an VIII (lundi 14 avril 1800), d’autres sont faits avec les croûtes de quelques boutons, recueillies sur des vaches des environs de Paris supposées atteintes de cow pox. Tous ces essais échouent, tous les symptômes manifestés par les enfants vaccinés relèvent du faux cow pox.

François_XII_de_La_Rochefoucauld_(1747-1827)Par ailleurs, dès le mois de ventôse (mars 1800), un émigré de retour de Londres, Larochefoucault-Liancourt se propose de répandre l’usage de la vaccination en France de la même façon qu’à Londres, c’est-à-dire par l’action d’une société par souscription. Il obtient la souscription et l’appui de personnalités très importantes comme le ministre de l’Intérieur Lucien Bonaparte, le ministre des relations extérieures Talleyrand-Périgord. Grâce à ce dernier par l’intermédiaire du citoyen Otto, commissaire de la République en Angleterre, le Comité des médecins nommés par la société des souscripteurs le dimanche 11 mai 1800 (21 floréal an VIII) (pour la plupart ses membres faisaient partie des commissions de l’École de Médecine et de l’Institut National) peuvent entrer en relations avec les médecins vaccinateurs de Londres comme Pearson, Nihell, etc. Le 17 prairial (mardi 27 mai 1800) un nouvel envoi de fluide vaccinal part de Londres, il est reçu le 13 prairial (lundi 2 juin 1800) et on vaccine 30 enfants, puis d’autres à partir de leurs pustules, mais à nouveau, on s’aperçoit qu’il s’agit de vaccine fausse ou bâtarde.

Source : La diffusion de la vaccination en France au XIXe siècle

Retour sur l’histoire de la vaccination en sept grandes dates par le site de la RTBF

Au 18e siècle, la variole avec ses pustules hautement contagieuses fait des ravages parmi les jeunes enfants, dans la campagne britannique comme ailleurs en Europe.

En Angleterre, on remarque que les fermiers ayant contracté la vaccine, une forme de variole affectant les vaches mais bénigne pour l’homme, sont protégés contre la variole.

En 1796, le médecin Edward Jenner a l’idée d’inoculer chez un enfant du pus prélevé sur une fermière infectée par la vaccine. L’enfant résiste à la variole. Le Britannique devient le premier à expérimenter scientifiquement la « vaccination« .

Mais le procédé existait déjà, au moins depuis le début du 18e siècle, sous une forme empirique et aléatoire: la « variolisation« . La technique qui consistait à mettre une personne en contact avec les pustules d’un malade peu atteint, suscitait craintes, débats et polémiques médicales.

Source : Retour sur l’histoire de la vaccination en sept grandes dates

Pourquoi ? La question qui tue !

Le vaccin et ses simulacres : instaurer un être pour gérer une population, 1800-1865 de Jean-Baptiste Fressoz

Le cas du vaccin antivariolique est intéressant pour analyser la fonction des savoirs dans le mode d’exercice du pouvoir après la Révolution. Plutôt que de rendre la vaccination obligatoire, le gouvernement choisit d’intervenir dans le champ médical afin de discipliner des énoncés qu’il jugeait stratégiques pour le bien national. L’expérimentation humaine, la clinique, la définition graphique de la vaccine et la gestion statistique de l’information médicale permirent d’imposer la définition improbable d’un virus non virulent, d’un virus parfaitement bénin, préservant à jamais de la petite vérole. L’instauration vaccinale est ainsi exemplaire d’un gouvernement indirect reposant sur la bonne définition des choses. On comprend pourquoi le problème des contaminations vaccinales, pourtant repéré dès le début du siècle, ne fut pris en compte qu’à partir des années 1860.

Source : Le vaccin et ses simulacres

L’obligation vaccinale est une fausse bonne idée de Dominique Dupagne

Après les débuts chaotiques de l’inoculation préventive, la vaccination triomphe avec Jenner et son vaccin contre la variole, qui sera progressivement perfectionné et deviendra obligatoire en France entre 1902 et 1976. Nous sommes face à un problème de santé publique majeur, la population n’est pas protégée, et l’obligation s’impose face à des français peu éduqués, privés d’accès facile à une information moderne, et qui ne savent pas encore quelle révolution va représenter la vaccination. Juste après la première guerre mondiale, l’obligation va être progressivement étendue en France à toute la population pour la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. En Europe, seule l’Italie et les pays du bloc soviétique rendront ces vaccins obligatoires en population générale. Pour la poliomyélite et la diphtérie, l’intérêt de rompre la chaîne de la contagion est un argument audible. Pour le tétanos en revanche, contracté à partir d’un germe présent dans l’environnement et non contagieux, le seul argument valable pour imposer la vaccination est l’ampleur de la mortalité liée alors à cette maladie. Il s’agit de se substituer à l’individu pour une décision qui ne concerne que lui ou ses enfants.

Source : L’obligation vaccinale est une fausse bonne idée

Vaccination méfiance en RoumanieLa rougeole et sa vaccination par Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations (LNPLV)

La rougeole était qualifiée, quand nos médecins étaient des sages, de « maladie nécessaire de l’enfance » ; cette maladie est redevenue récemment une maladie à déclaration obligatoire, ce qui n’était plus le cas depuis 1986. Elle avait été inscrite sur la liste des maladies à déclaration obligatoire en 1945 puis retirée en raison de la diminution progressive du nombre de cas, avant même la généralisation de la vaccination.

Cette maladie est généralement bénigne lorsqu’elle se déclare chez les enfants, elle est beaucoup plus grave lorsqu’elle se déclare chez un adulte. Chez les enfants souffrant de déficit en protéines et surtout en vitamine A, elle est souvent dangereuse et ses complications peuvent être mortelles. C’est la raison pour laquelle c’est une maladie grave en Afrique et dans les pays en développement dont les enfants sont sous-alimentés et carencés.

Il est plus facile d’organiser des campagnes de vaccinations que de trouver une solution à la famine ; de plus les vaccins rapportent davantage, les fondations humanitaires financent ces campagnes qui sont source de revenus pour nos laboratoires pharmaceutiques.

Source : Zoom sur la rougeole

Débattre, on en revient au tout début !

Débat sur la vaccination : l’avis du pédiatre de Michel Voisin

Vaccins obligatoiresEffectivement, l’histoire des vaccinations n’a jamais été sereine.

Cela a commencé par les prémices, avec la variolisation. Elle était traditionnellement pratiquée au XVIIIème siècle en Grèce et fut importée en Angleterre par Lady Montagüe, épouse de l’ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de la Sublime Porte de 1716 à 1718. À son retour à Londres, elle demanda à son chirurgien de varioliser sa fille qui n’avait pas fait la maladie. S’il s’en suivit un engouement dans les milieux aristocratiques britanniques, la réception en France fut beaucoup plus réservée. Citons notamment D’Alembert qui estima «qu’il était futile de redouter le décès immédiat par variolisation en jugeant, sauf épidémie régnante, la mort de la maladie comme une éventualité lointaine et négligeable». Et de fait, la technique générait un certain nombre de décès ou de maladies sévères.

Vint ensuite Jenner qui, en 1798, publia l’emploi du cowpox des bovins pour préserver les hommes de la variole. En fait, une étude récente publiée dans le Lancet en février 2018 suggère, en se basant sur des études de génome du virus vaccinal, que Jenner a probablement utilisé le horsepox virus, issu de la maladie similaire qui touche le cheval, voire même certaines souches de virus variolique atténué. Après plus de deux siècles, le débat n’est pas clos!

Lors de notre passage à Dôle à l’occasion de la rencontre inter-académique de Besançon en 2015, nous avions évoqué les controverses autour du vaccin anti-rabique : en 1885, l’expérience sur Joseph Meister est allée bien au delà du traitement antirabique puisque Pasteur, à la fin des inoculations thérapeutiques, aurait testé l’immunité acquise en inoculant au jeune garçon, cette fois sans but thérapeutique, un virus très virulent. D’autre part, au moins un cas mortel provoqué par le traitement antirabique a été délibérément caché par Pasteur, son collègue Roux et les autorités médico-légales sous prétexte que la diffusion de cette nouvelle risquait de retarder considérablement le développement de la médecine.

Autre épisode dramatique en 1930 autour de la vaccination par le BCG. La mise au point de ce vaccin a suscité de nombreuses oppositions, ce qui n’empêcha pas sa mise en place. Il fut diffusé dans l’Europe entière mais à Lübeck, sur les 256 enfants vaccinés, 71 moururent et 130 développèrent une tuberculose clinique dont ils guérirent. Ce n’est qu’après 16 mois qu’un procès innocenta le BCG et conclut que des cultures de bacille tuberculeux vivant avaient été substituées par erreur dans le laboratoire aux cultures de BCG. Calmette avait envisagé de se suicider dans le cas où il se serait avéré que le BCG était devenu virulent.

Pour revenir à des évènements plus proches, nous avons tous en mémoire la polémique récente sur le lien possible entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaque. Si l’interruption du programme vaccinal eut peu de conséquences en France en raison de la faible exposition au risque dans notre pays, il en fut tout autrement en Afrique et en Asie du Sud-Est qui commençaient à l’introduire et adoptèrent la même mesure avec des conséquences dramatiques.

Enfin, point n’est besoin de s’attarder sur la gestion calamiteuse de la pandémie grippale de 2009 qui a amené le ministère de la santé à réviser totalement la stratégie à déployer devant un tel évènement.

Michel Voisin est Professeur émérite à l’université de Montpellier, membre de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier

Source : Débat sur la vaccination : l’avis du pédiatre

« Cachez-moi ces victimes que je ne saurais voir ! »

Vaccins obligatoires : le manifeste des victimes par la rédaction du site Prévention Santé

Le Collectif Vaccins-liberté et Ensemble Pour une Vaccination Libre ont pour la première fois montré les visages de ces « victimes d’accidents vaccinaux ignorées et niées ». Stacy, décédée à l’âge de 3 mois après plusieurs jours de fièvre immédiatement après un vaccin. Terry vacciné à 3 mois un lundi, décédé le vendredi après 4 jours de souffrance. « Décès suite à vaccination » écrira le médecin sur le permis d’inhumer sans même en informer les parents.

Les histoires se ressemblent cruellement : un enfant en pleine forme, un vaccin, la fièvre, des séquelles graves, un enfant qui n’est plus le même, parfois le décès, le déni des médecins, le silence et l’hostilité des autorités sanitaires, l’abandon des familles, la solitude, la lutte au quotidien pour survivre au drame.

13 violations de la Constitution

Avec ce manifeste, les victimes commencent à sortir de l’ombre. Elles rappellent aux élus qui font la loi ou aux « Sages »  qui en vérifient la conformité à la Constitution, que derrière les articles de loi ce sont des êtres qui souffrent.

Le Collectif dénombre 13 violations de la Constitution par la nouvelle loi sur l’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccins. Les droits et les garanties fondamentaux sont foulés au pied. Les législateurs (les députés) ont honteusement limité leurs propres prérogatives en laissant au gouvernement (l’exécutif) le droit de fixer par décret jusqu’à l’âge des Français  concernés par les nouvelles obligations.

Si cette loi n’est pas censurée par le Conseil Constitutionnel, c’est tout l’édifice démocratique qui est remis en cause. Cet effondrement républicain dépasse de loin la simple question des vaccins, elle est le symptôme d’une disparition des libertés en France.

Source : Vaccins obligatoires : le manifeste des victimes

Quand la sagesse intervient

Appel à la Raison, des Professeurs Luc Montagnier et Henri Joyeux

Aux USA, en 2017, une publication fait état parmi 20231 cas de complications rapportées après vaccination contre l’hépatite B, – 51% concernant des enfants de moins de 2 ans -,  197 Sudden Infant Death Syndrome (SIDS), c’est-à-dire Morts subites du nourrisson. Chez d’autres de plus d’un mois et de moins de deux ans, ce sont surtout les atteintes du système nerveux qui sont observées.

Mort subite du nourrissonBien avant, une publication du Consumer Health (Volume 22 Issue 4 April, 1999),  du Dr Viera Schreiber rapportait 41 cas d’enfants morts dans les 21 jours après la première injection vaccinale. Plus des trois quarts des morts subites étaient corrélées à la vaccination.

Le Dr Schreiber avait pris soin d’enregistrer et d’analyser les troubles respiratoires chez les nourrissons avant et après vaccination. Elle donnait en référence son livre « Vaccination : The Medical Assault on the Immune System ».

Au Japon, en 1975, 37 cas de morts subites étaient rapportés et reliés aux vaccins. Les vaccinations avant deux ans furent alors supprimées par le gouvernement japonais entre 1975 et 1988. Les déclarations de morts subites ont disparu, jusqu’à ce que la liberté de vacciner de 3 mois à 48 mois reprenne, et que le taux de morts subites reparte à la hausse.

En 1982, dans Neurology, William C. Torch, pédiatre neurologue, publie « Diphteria-pertussis-tetanus (DPT) immunization : a potential cause of the Sudden Infant Death Syndrome (SIDS). » Sur 200 cas randomisés, il rapporte 70 cas de mort subite du nourrisson dont les deux tiers avaient été vaccinés au cours des 3 semaines précédentes. Il observait aussi une augmentation du nombre de cas, si on prend en compte un délai plus grand.

Des médecins indiens en 2017, rapportent après vaccination hexavalente, – celle qui fait partie des 6 premières des 11 vaccinations aujourd’hui obligatoires -, parmi les morts subites, 93,3% de décès de nourrissons de moins d’un an dans les 10 premiers jours suivant la vaccination, avec concentration les 3 premiers jours, et 7% dans les 10 jours suivants.

Chez ceux de plus d’un an, 83% de décès ont été répertoriés dans les 10 premiers jours et 17% après le 10ème jour. La publication fait état du rapport confidentiel (n°19) fourni aux autorités européennes (EMA, European Medical Agency) par la firme GlaxoSmithKline (GSK) sur le sujet. Les collègues indiens demandent aux autorités de santé de leur pays de réviser leur confiance dans les affirmations de l’EMA.

Pour une véritable reconnaissance des complications liées à la vaccination

Les cas d’autisme, de fibromyalgie, fatigue chronique, narcolepsie, et autres pathologies auto-immunes attribués par les patients à leur vaccination restent trop nombreux pour être écartés définitivement.

En effet, selon le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, « il est généralement admis que 1 à 10 % des effets secondaires graves liés aux médicaments font l’objet d’une déclaration aux centres régionaux de pharmacovigilance », ce qui signifie que l’écrasante majorité des cas n’est pas analysée.

En particulier, il n’est pas démontré qu’aucun lien ne sera jamais établi avec la vaccination, notamment pour des cas de cancers observés chez des enfants et des jeunes, tels les sarcomes, cancers très graves, que l’on a relié à l’aluminium chez les animaux dans différentes parties du corps, mais qui restent chez les enfants et les jeunes sans cause(s) reconnue(s), en dehors de dépression immunitaire majeure.

Pr Luc Montagnier (Prix Nobel de Médecine pour la découverte du Virus de l’Immunodéficience Humaine), Pr Henri Joyeux (Prix International de Cancérologie pour ses travaux en Nutrition)

Source : Appel à la Raison

L’enquête explosive !

Sylvie SimonEn deux siècles d’histoire, la vaccination a connu succès et scandales. Aujourd’hui il est bien difficile de savoir si les données scientifiques sont suffisantes pour créer sans cesse et sans risque de nouveaux vaccins.

Contrairement aux médicaments, les vaccins sont destinés aux bien-portants pour prévenir une hypothétique maladie. Il semble donc important que chacun connaisse les risques de ces maladies ainsi que ceux induits par les vaccins.

Saviez-vous que la population vaccinée contre la grippe est passée aux États-Unis de 15 % en 1980 à 65 % aujourd’hui, sans qu’aucune diminution des décès liés à cette maladie n’ait été observée ? Pourquoi les autorités de santé taisent-elles le fait que le nombre de décès par rougeole n’a pas diminué depuis 1988 en dépit d’une couverture vaccinale beaucoup plus étendue ? Peut-être parce que les vaccins, loin d’être les parents pauvres des médicaments, sont à l’origine de plus de 20 % du chiffre d’affaires de certains laboratoires pharmaceutiques…

Écrit par une spécialiste de la désinformation en matière de santé, ce livre contient les données les plus parlantes sur les vaccins des informations dont bon nombre de médecins n’ont même pas connaissance.

Par recoupements de chiffres, de dates, Sylvie Simon démontre magistralement comment l’industrie pharmaceutique, les médias et les gouvernements nous manipulent dès lors qu’il est question de vaccin. Pour qu’on ne puisse plus dire « si j’avais su… ».

Sylvie Simon, « Vaccins, mensonges et propagande«