La Finance mondialiste au bord de l'effondrement !

L’un des porte paroles de la haute finance mondialiste, Jacob Rothschild, tire la sonnette d’alarme et met en garde « ses » outils sur le danger qui pèse sur leur avenir immédiat s’ils ne se conforment pas à l’agenda défini au lendemain de la guerre de 1939 à 1945, lors des accords de Bretton Woods. Mais pour mieux comprendre « son discours » il faut pouvoir le décrypter.

La terminologie et les termes employés renvoient à une « explication de texte » destinée à ceux qui auraient la « mauvaise idée » de se défaire du carcan imposée par les puissances financières mondiales. Ainsi, lorsqu’il est question de « l’ordre économique établi après-guerre« , il faut comprendre « notre feuille de route pour dominer l’économie mondiale« . Et s’il est question des « dirigeants populistes » cela renvoie forcément aux nouveaux dirigeants qui incarnent l’idée de « patriotisme souverainiste« .

Jacob Rotschild nous apprend donc que « Lors du 11 septembre et de la crise financière de 2008, les puissances du monde ont travaillé ensemble, avec un approche commune », il nous explique en fait que depuis ces dates clefs, les Lobbies financiers ont « convaincu tout le monde de se soumettre » à leur agenda. Il attirera l’attention sur deux éléments «potentiellement destructeurs» pour l’économie mondiale, autrement dit « les deux dangers qui pourraient mettre à bas leur domination du monde« .

Il cite ainsi « le niveau de dette de certains pays de la zone euro« , ce qui correspond à une menace à peine voilée des pays de la zone Euro qui veulent échapper au carcan de la finance mondiale. Leur dette ils ne pourront s’en défaire sans un retour de bâton destructeur. Presque plus clairement, il explique « notre politique consiste à maintenir une exposition limitée aux actions cotées. » Jean de la Fontaine ferait dire à son loup, « c’est pour mieux te manger mon enfant! » En clair, « nous vous avons à l’œil« , c’est l’idée même des « nouveaux engagements avec une grande prudence ».

On pourrait presque jurer que c’est une soumission totale qui est exigée au risque de subir des tremblements de terre financiers…

Jacob Rothschild s’inquiète de voir l’ordre économique mondial en péril

La guerre commerciale entre Washington et Pékin et la crise en Europe mettent en danger l’ordre économique établi après-guerre, selon Jacob Rothschild, pour qui les dirigeants populistes empêchent une coopération mondiale efficace.

Jacob Rothschild, le milliardaire qui dirige le fonds d’investissement britannique RIT Capital investment, fait part de son inquiétude quant au devenir du système financier mondial tel qu’il a été conçu après la seconde guerre mondiale, dans le rapport financier semi-annuel de son entreprise.

«Lors du 11 septembre et de la crise financière de 2008, les puissances du monde ont travaillé ensemble, avec un approche commune. La coopération se révèle aujourd’hui beaucoup plus difficile. Cela met en péril l’ordre économique et sécuritaire de l’après-guerre», estime-t-il. La notion d’«ordre économique d’après-guerre» fait généralement référence au système de gestion monétaire qui a conduit à la montée du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale.

Le banquier distingue deux éléments «potentiellement destructeurs» pour l’économie mondiale : la guerre commerciale qui s’est ouverte entre les Etats-Unis et la Chine et le niveau de dette de certains pays de la zone euro. Il note en outre que les marchés émergents devraient continuer à être confrontés à des problèmes en raison de la hausse des taux d’intérêt et de la politique monétaire plus dure de la Fed, qui restreint les liquidités de dollars.

Et selon Jacob Rothschild, dans un monde qui voit l’émergence de dirigeants populistes et protectionnistes comme le président américain Donald Trump, il est peu probable qu’une réponse internationale coordonnée soit apportée à ces problèmes.

«Dans ces circonstances, notre politique consiste à maintenir une exposition limitée aux actions cotées et à prendre de nouveaux engagements avec une grande prudence», soutient le financier, précisant que l’exposition de RIT Capital investment au marchés boursiers était actuellement à son plus bas historique.

Source : Jacob Rothschild s’inquiète de voir l’ordre économique mondial en péril

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.